boite

NOUVELLE ADRESSE:La Librairie La Liberté a déménagé au 1073, route de l'Église, Québec (Québec), G1V 3W2

André Major et l’impossibilité de déserter

9782764621905
Le Sourire d’Anton ou l’adieu au roman | Les éditions du Boréal

Le Sourire d’Anton ou l’adieu au roman : un projet de désertion dans l’espace institutionnel

majorDans Le Sourire d’Anton ou l’adieu au roman, l’essayiste André Major veut céder à la tentation de tout quitter. La désertion désirée constitue à la fois un rêve de détachement et une façon d’échapper à l’inconsistance du vécu. Si Major rêve de solitude, de silence et d’une existence réduite au minimum vital, l’écriture ne lui permet que de réaliser une désertion idéelle, laquelle est marquée au sceau de la socialité par son rattachement à l’institution littéraire. Un premier effort de retrait est tenté par l’emploi d’un genre déclassé, le carnet, qui s’apparente au journal intime. Le carnet, genre marginal, prépare le terrain à une forme de désarrimage institutionnel. Aussi l’auteur souhaite-il autonomiser sa pensée en renonçant aux influences littéraires : « nous nous retrouvons faulknérisés ou proustisés, par exemple. Mais à la longue, […], apprenant à voir avec nos propres yeux, à sentir et à comprendre les choses à notre manière, nous nous détachons insensiblement de ces modèles qui nous vampirisaient. » (André Major, Le Sourire d’Anton ou l’adieu au roman, Montréal, PUM, 2001, p. 53.)

Cependant, l’ouvrage de Major dissémine de nombreux indices de socialité. La réalité sociale et les manifestations institutionnelles brisent la chaîne des significations possibles de la désertion souhaitée par l’auteur. Ce dernier fait place textuellement à l’organisation de la vie littéraire en référant aux prix (prix du Gouverneur général, prix Athanase-David), aux revues (Liberté, Les Écrits) et aux organismes institutionnels (UNEQ, le Conseil des Arts). Le sujet énonciateur du Sourire d’Anton évolue véritablement dans une dimension sociale. Comme tout intimiste qui aspire à se retirer du monde et à s’isoler, Major n’est seul qu’en apparence puisque son « désert est dans la société, comme la société est en lui ». (Alain Girard, Le journal intime, Paris, PUF, 1963, p. 547.). Les multiples références au monde de la littérature mettent en lumière la position du narrateur-auteur en tant qu’agent du champ littéraire. L’essayiste prend part à la vie institutionnelle et reçoit par là sa légitimité. De plus, la défection est nettement fragilisée par le fait que Major se fait le représentant de la norme langagière, reproduisant de ce fait « l’esprit » de l’institution.

Alexandre Laliberté

 

Categories:

Essais, Les chroniques d'Alexandre, Suggestions de lecture, Vos libraires

Un commentaire

  • David

    14 mai 201617 h 14 min Reply to David

    Fine analyse bourdieusienne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *