Librairie La Liberté

La liberté, c’est aussi la librairie

boite

Déménagement

Dès le 18 juin, la librairie sera au 1073, route de l’Église, face à la Bibliothèque Monique-Corriveau.

Essais

  • cover

    Le goût de la bière fermière de Martin Thibault

    Le livre Le goût de la bière fermière est le résultat des nombreux voyages de Martin Thibault. Il expose clairement ce qui, selon lui et d’autres experts, devrait être une bière fermière. Il traite de bières telles que la Seto Õlu de l’Estonie, la gueuze de Belgique, la Frutilladadu Pérou, lawild ale américaine, la Bang Chang du Bhoutan. Il n’hésite pas également à traiter des bières du Québec qui sont toutes des brasseries fermières, comme la Chouape, la Champ Libre, la Auval, À l’abri de la Tempête ou des brasseries qui se rapprochent de cette tradition fermière telles que Dunham, le Castor, Sutton et bien d’autres. L’érudition et le travail sur le terrain est digne de celui d’un anthropologue ; souvent Martin Thibault va dans le salon des gens afin de déguster leurs bières.

  • superheros

    Super-héros : une histoire politique de William Blanc

    Divertissement et critique sociale : le super-héros dans la loupe de l’historien Grâce au cinéma, l’ubiquité… Read more

  • Petit traité de résilience locale

    Vers le monde d’après En vue cavalière, on pourrait accoler aux discours dominants un sentiment… Read more

  • Le corps souillé d’Éric Falardeau

    À la fois racoleur (corps et pornographie) et avilissant (souillures et fluides corporels), le titre du dernier essai d’Éric Falardeau ne cache pas moins un ouvrage nous plongeant dans une lecture palpitante. L’essayiste a entrepris une recherche fouillée sur deux genres cinématographiques mal-aimés: le gore et la pornographie. Selon l’auteur, ces deux genres sont inextricablement liés…

  • « Le Colonialisme au Québec » par André d’Allemagne

    En attendant le prochain épisode Dans son dynamisme naturel, le monde humain produit des formes… Read more

  • « Petit éloge de l’anarchisme » de James C. Scott

    En tant qu’anthropologue, James C. Scott s’est particulièrement intéressé à l’étude des sociétés agraires et qui n’ont pas de modèles étatiques. Les éditions La Découverte publient d’ailleurs son nouvel opus, Homo Domesticus : une histoire profonde des premiers États, un ouvrage qui semble collé sur ses sujets de prédilection. Pour sa part, Lux en profite pour rééditer son petit livre Petit éloge de l’anarchisme, un essai sociopolitique qui demeure particulièrement rafraîchissant à lire.

  • Cours familier de philosophie politique de Pierre Manent

    Devant le flux d’informations auquel est soumis le sociétaire contemporain et face à une information atomisée et centrée sur l’actualité, l’essai panoramique proposé par le philosophe Pierre Manent permet de faire ressortir le vrai et l’important dans les connaissances préalables que les lecteurs ont acquis sur la politique. L’auteur y parvient en construisant un ensemble objectif de liens qui fonde le monde social. Manent se saisit de la notion de politique pour élaborer un vaste système conceptuel aux multiples ramifications, possédant ses articulations, son ordonnancement, ses paradoxes structurels, ses valeurs idoines, ses origines philosophiques et historiques, etc. Pour ne pas rester dans l’abstrait, Manent approche la vie politique sous des angles multiples. À travers son travail d’analyse, il cherche à matérialiser les structures qui organisent le corps politique et à offrir un éclairage précieux sur ses modes de fonctionnement spécifiques. L’auteur pose avec acuité la question de l’État moderne. C’est le centre autour duquel se meuvent toutes ses réflexions.

  • Nos idées-cadeaux pour le temps des Fêtes

    Il est parfois difficile de trouver ses repères parmi l’infinité de nouveautés que nous proposent… Read more

  • Le syndrome de l’autruche de George Marshall

    Bien que la science soit sans équivoque sur le fait que « les émissions de gaz à effet de serre, attribuables pour l’essentiel à l’utilisation des combustibles fossiles et à la déforestation, ont considérablement réchauffé la température moyenne mondiale et continuent de le faire », il semblerait qu’une certaine proportion de sociétaires rejette au néant la validité des études scientifiques prouvant l’existence des changements climatiques. Dans Le syndrome de l’autruche, George Marshall tente d’évaluer le coût psychique d’une telle résistance aux discours écologiques en expliquant les fondements cognitifs du climato-scepticisme. L’essayiste vise à déterminer les failles psychologiques et les mécanismes universels cérébraux de défense qui légitiment le déni de la crise actuelle du système terrestre. Pour prendre les choses de plus loin, il s’agit pour George Marshall de comprendre comment les changements climatiques constituent un « défi ultime posé à notre capacité de donner un sens à ce qui nous entoure ».

  • une_article

    Détournement d’État de Julia Posca et Guillaume Hébert

    n cette période électorale, on ne peut nier que le livre de Julia Posca et Guillaume Hébert tombe à point nommé : une synthèse des quinze ans de règne libéral s’insère naturellement dans cette phase sensible de la vie démocratique. Puisant dans le large bassin d’études produites par l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS), les auteurs de Détournement d’État réussissent à dégager la logique qui a gouverné le Québec depuis 2003, par delà la fragmentation du traitement médiatique.

1 2 3 4