Librairie La Liberté

La liberté, c’est aussi la librairie

boite

Déménagement

Dès le 18 juin, la librairie sera au 1073, route de l’Église, face à la Bibliothèque Monique-Corriveau.

belleau

André Belleau : être à l’écoute des mots

9782764624142
Surprendre les voix | Éditions : Boréal

belleauSurprendre les voix : la fiction du sujet essayistique

Décédé il y a 30 ans, l’essayiste André Belleau nous a légué quelques classiques de la littérature québécoise dont Surprendre les voix, réédité récemment dans la collection « compact » de Boréal. Fin analyste de la semiosis sociale, Belleau est avant tout un intellectuel engagé dans une réflexion touchant la philosophie du langage, la théorie littéraire et la culture québécoise. Dans l’optique qui est la sienne, surprendre les voix consiste à être à l’écoute de la polyphonie et des différentes instances narratives qui s’entrechoquent, des diverses voix qui se lèvent et qui s’arrachent la place de la mise en parole. Afin de fixer les coordonnées de la problématique développée par l’auteur, osons cette comparaison : un peu à la manière du narrateur aquinien qui se sait écrit et se sent écrire, le sujet énonciateur de Surprendre les voix représente un sujet-signe mis en scène dans les contingences langagières. Le « je » de l’écriture se meut dans l’enceinte du monde textuel et s’éprouve en tant que sujet grâce à l’exploration d’un espace à la fois culturel et composé par les événements langagiers de la vie intérieure. Les divers articles qui composent l’ouvrage illustrent savamment le fondement textuel du sujet énonciateur de l’essai, lequel est construit dans l’espace fictionnel. Belleau reprend à son compte la fameuse formule du linguiste Émile Benveniste : « Est ego qui dit ego. Nous trouvons là le fondement de la subjectivité qui se détermine par le statut linguistique de la personne » (Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, I, Paris, Gallimard, 1966, p. 260.). Sans entrer dans les détails de l’analyse, observons simplement que le rapport fiction/essai prend forme à travers de véritables « idées-personnages ». En fait, les idées sont mises en intrigue comme des personnages : « il faut que ces idées et événements soient comme entraînés dans une espèce de mouvement qui comporte des lancées, des barrages . Voilà qu’ils se conduisent au fond tel des personnages de la fiction » (André Belleau, Surprendre les voix, Montréal, L’Hexagone, 1986, p. 86.).

En somme, Belleau a consigné ses réflexions dans un essai qui n’a pas pris une ride. Tout en s’inscrivant dans la continuité de grands penseurs qui ont marqué les sciences humaines (pensons à Bakhtine, Benveniste et même Saussure), il a posé un regard neuf sur certaines problématiques liées au langage et à l’écriture.

Alexandre Laliberté

Categories:

Actualité littéraire, Actualités, Essais, Les chroniques d'Alexandre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *