Librairie La Liberté

La liberté, c’est aussi la librairie

boite

Déménagement

Dès le 18 juin, la librairie sera au 1073, route de l’Église, face à la Bibliothèque Monique-Corriveau.

À bas la lecture

À bas la lecture

À bas la lecture

9791021403833
À bas la lecture! | Didier Lévy , Bobi + Bobi
Éditeur OSKAR

«Enfin un livre pour les enfants qui n’aiment pas lire !» Voilà un sous-titre qui annonce sans détour le ton de ce petit album hybride, entre documentaire, roman  graphique et bande dessinée. On y rencontre un enfant qui DÉTESTE la lecture, comme il en existe certains. (Attention, quelques nuances s’imposent, particulièrement en ce qui concerne la carte des desserts au restaurant ou le programme télé…) Que ce soit à cause de la grosseur des caractères, du sujet ou du désir profond et vital de NE PAS ressembler à sa petite sœur, nombreuses sont les raisons pour fuir tout objet fait de papier relié. Cette aversion pour la lecture ne rend pourtant pas plus naïf ce jeune personnage qui ose admettre ce que plusieurs préfèrent taire : « Les parents aiment les enfants qui lisent. Ça les rassure, un enfant qui lit. » Mais qu’arrive-t-il lorsqu’un livre parvient à faire oublier à un non lecteur son dégoût pour la lecture? Tel est pris qui croyait prendre, comme dit le dicton…

Dans «À bas la lecture !», on découvre chaque page avec le sourire. La contradiction entre l’objet et son propos est une ruse des créateurs de l’ouvrage qui amuse et provoque immanquablement la curiosité du jeune public au premier regard. Le livre gagnera adroitement le cœur des plus récalcitrants et se laissera savourer par ceux qui sont déjà conquis par le plaisir de lire. Au final, on y découvre la lecture comme quelque chose de stimulant, d’intéressant, de rassembleur et d’essentiel, en évitant les formules stéréotypées ou le ton prescripteur. L’auteur offre en prime quelques suggestions «d’histoires succudélicieuses» (selon sa propre expression), toutes d’une qualité indéniable mais surtout, dont les titres ont été adroitement choisis pour susciter l’intérêt d’un jeune lectorat  : Journal d’un chat assassin (Anne Fine), Prout de Mammouth (Noé Carlain et Anna Laura Cantone), Je mangerais bien un enfant (Sylviane Donnio et Dorothé de Monfreid), La belle lisse poire du Prince de Motordu (PEF), etc.

Au delà de son propos, cet album se démarque par sa présentation graphique. Les illustrations, aux traits épurés, naïfs et monochromes, alternent entre le bleu et l’oranger sur un fond neutre. La couverture, d’un jaune vif, a un effet attrayant immédiat et empêche le livre de se perdre dans le dédale des étagères d’une bibliothèque bien remplie. Le tout donne une allure anticonformiste mais accessible, qui confère à l’objet livre un caractère précieux et unique.

À partager en famille!

Éléna Laliberté

Categories:

Actualités, Les chroniques de Éléna Laliberté, Les suggestions d'Éléna L., Suggestions de lecture, Vos libraires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *