boite

NOUVELLE ADRESSE:La Librairie La Liberté a déménagé au 1073, route de l'Église, Québec (Québec), G1V 3W2

librairie la liberté

  • une

    Le dernier roi des loups de William Grill

    Entre documentaire et fiction, l’histoire est celle de Lobo le loup, membre d’exception de son espèce qui marquera l’imaginaire collectif de l’Ouest des États-Unis d’Amérique dans la deuxième partie du 19e siècle. Déterminés à erradiquer ces animaux considérés alors comme indésirables, fermiers et éleveurs ne cessaient de traquer Lobo et sa meute dans le but de les tuer. Pourtant, le roi des loups semblait faire preuve d’une ruse sans faille, déjouant tous les plans des hommes. En 1893, un naturaliste anglais nommé Ernest Thompson Seton, également chasseur de loups et dont la famille avait immigré au Canada quand il était petit, entendit parler de la rumeur entourant Lobo, qui peu à peu avait pris des allures de légende. Paré du meilleur équipement, il fit donc de la capture du loup son nouvel objectif.

  • Un lien familial de Nadine Bismuth

    Comme une toile d’araignée qui se crée progressivement, Un lien familial de Nadine Bismuth nous amène à vivre de façon intrigante un lien que partagent plusieurs personnages et familles.

  • « Petit éloge de l’anarchisme » de James C. Scott

    En tant qu’anthropologue, James C. Scott s’est particulièrement intéressé à l’étude des sociétés agraires et qui n’ont pas de modèles étatiques. Les éditions La Découverte publient d’ailleurs son nouvel opus, Homo Domesticus : une histoire profonde des premiers États, un ouvrage qui semble collé sur ses sujets de prédilection. Pour sa part, Lux en profite pour rééditer son petit livre Petit éloge de l’anarchisme, un essai sociopolitique qui demeure particulièrement rafraîchissant à lire.

  • cover

    Nick Cave, Mercy on me de Reinhard Kleist

    Honoré plusieurs fois pour son travail, Reinhard Kleist s’est taillé ces dernières années une place de choix sur la scène de la bande-dessinée allemande. Feuilletez son dernier album et vous constaterez de toute évidence pourquoi. Le portrait, dans la maîtrise du trait, est troublant: cheveux électriques, joues maigres, nez arqué, sourcils froncés et des lèvres molles qui traduisent l’insatisfaction, l’écoeurement. Après Johnny Cash et Fidel Castro, Kleist a vraisemblablement choisi un sujet au physique atypique…

  • cover

    Calfboy de Rémi Farnos

    Chris et son frère Burt ont réussi un braquage de train, un projet qu’ils ont mis des mois à préparer. Les deux desperados auraient bien de quoi se réjouir si ce n’était que Chris a égaré le butin lors d’une soirée bien arrosée. En effet, ce dernier a décidé, sur un coup de tête sûrement, de l’enterrer… Or, il ne se rappelle plus du tout à quel endroit! Qu’à cela ne tienne : son frère lui donne trois jours pour retrouver le matos. Les péripéties de Chris à travers un Far West digne des images panoramiques de John Ford (j’y reviens un peu plus loin) ne font pourtant que commencer : il fera la rencontre d’un jeune garçon qui décide de l’engager pour se débarrasser d’un hors-la-loi du nom de Sam Montonay. Voleurs de chevaux, indiens et fusillades font partie des clichés du western que Rémi Farnos va explorer avec humour au cours de cette aventure.

  • Les Amours d’un fantôme en temps de guerre de Nicolas de Crécy

    Le roman relate l’histoire d’un jeune fantôme dont la naïveté sera vite ébranlée par de difficiles prises de conscience et par une réalité que l’on aimerait moins dure. Abandonné par ses parents, il est recueilli par un oncle qui lui apprendra que le monde des fantômes est à l’aube d’une grande guerre. Quand le conflit éclate, la résistance s’organise afin de renverser les abus d’un régime totalitaire mené par les Fantômes Acides, qui tend à se répandre dangereusement. Les victimes sont nombreuses et nul n’est épargné.

  • Les chants du large d’Emma Hooper

    « Elle s’appuya contre le vent et il s’appuya contre elle, et là, là, à la lisière du vent, elle entendit quelque chose. Une chanson. Une sirène. » C’est dans cet esprit que se déroule le roman Les chants du large d’Emma Hooper. L’auteure y présente une escapade entre la mer, les vents, la glace et les chants des marins attendant que les poissons se prennent à leurs filets. L’homme et la nature dépendent peut-être l’un de l’autre, mais il ne peut s’appuyer sur elle éternellement.

  • Les cigognes sont immortelles d’Alain Mabanckou

    Nous pouvons considérer Alain Mabanckou comme un écrivain marquant de la littérature africaine et du monde francophone. D’ailleurs, sa bibliographie témoigne de la richesse et de l’étendue de son œuvre. Mabanckou est poète et romancier, tout en étant auteur de plusieurs récits et essais. Il prête aussi sa plume à des ouvrages collectifs. En plus d’être un écrivain prolifique, sa personnalité se démarque dans sa façon de se vêtir où l’on dénote une touche de bon goût et d’originalité. La grande classe, quoi!

  • Le syndrome de l’autruche de George Marshall

    Bien que la science soit sans équivoque sur le fait que « les émissions de gaz à effet de serre, attribuables pour l’essentiel à l’utilisation des combustibles fossiles et à la déforestation, ont considérablement réchauffé la température moyenne mondiale et continuent de le faire », il semblerait qu’une certaine proportion de sociétaires rejette au néant la validité des études scientifiques prouvant l’existence des changements climatiques. Dans Le syndrome de l’autruche, George Marshall tente d’évaluer le coût psychique d’une telle résistance aux discours écologiques en expliquant les fondements cognitifs du climato-scepticisme. L’essayiste vise à déterminer les failles psychologiques et les mécanismes universels cérébraux de défense qui légitiment le déni de la crise actuelle du système terrestre. Pour prendre les choses de plus loin, il s’agit pour George Marshall de comprendre comment les changements climatiques constituent un « défi ultime posé à notre capacité de donner un sens à ce qui nous entoure ».

  • Un aperçu de la rentrée littéraire 2018 aux Éditions Stock

    Existant depuis plus de 300 ans, les Éditions Stock font partie des maisons d’édition françaises d’envergure. Elles offrent un catalogue varié, présentant des auteurs confirmés comme des auteurs de la relève. On y apprécie les Philippe Claudel, Sofi Oksanen, Éric Faye, Jean-Louis Fournier… et on y fait des découvertes inattendues, comme l’excellent livre de Camille Laurens, La petite danseuse de 14 ans, que m’avait recommandé mon confrère Bruno il y a quelques mois et que j’avais adoré.

1 2 3 4 9