boite

NOUVELLE ADRESSE:La Librairie La Liberté a déménagé au 1073, route de l'Église, Québec (Québec), G1V 3W2

Sortir du cadre

Les suggestions de Josée

En ce weekend de la Saint-Valentin, j’ai décidé de me la jouer rebelle et de ne pas vous présenter des livres sur l’amour romantique, ou encore sur les ruptures amoureuses, ou toute autre déclinaison entre les deux. Que nenni!

Un de mes plus grands plaisirs en littérature, ce sont les vécus et les personnages atypiques. Voici donc quelques suggestions centrées sur des enfances hors normes au sein de familles excentriques.


9782757879559
Éditions Points
Wright, iO Tillett

Darling Days de iO Tillett Wright

Ma première suggestion est un récit racontant l’enfance et l’adolescence de iO Tillett Wright (hé oui, c’est bel et bien son nom). Dans ce mémoire autobiographique, iO naît au cœur du New York sale et dangereux du milieu des années 1980, de parents artistes et bohèmes. La ville est d’ailleurs un personnage en soi dans ce récit où on sent bien les effets délétères de la gentrification de cette métropole en pleine mutation.

Très rapidement, iO, née fille mais refusant les stéréotypes attribués à ce genre, décide qu’elle veut être un garçon. Il est fascinant de voir ce cheminement de l’intérieur, avec les défis que cela impose, mais sans psychodrame. Du moins à ce niveau… Car suite à la séparation de ses parents, iO vit seule avec sa mère, une femme instable, dans un chaos plein de privations et d’incertitudes. C’est un récit fascinant sur des réalités dont on parle davantage aujourd’hui, que ce soit les identités transgenres ou non binaires ou encore la maltraitance des enfants. De plus, iO Tillett Wright a un réel talent d’écriture, alors ce récit se dévore avec grand plaisir. Car à travers la crasse, la faim et les cris, il y a la beauté d’une identité assumée. C’est trash, c’est punk, mais c’est aussi terriblement touchant.


9782896984350
Le Quartanier
Leduc, Simon

L’évasion d’Arthur ou la commune d’Hochelaga de Simon Leduc

Dans ce roman publié chez le Quartanier, nous suivons les tribulations d’Arthur, un jeune garçon lunatique de 10 ans. Ce jeune explorateur urbain atteint d’un TDAH prend sans cesse la fuite, que ce soit de l’école ou de la maison pour aller découvrir le monde, son monde, celui d’Hochelag. Il vit en garde partagée entre ses parents séparés depuis peu, tiraillé entre une mère travailleuse sociale qui a renoncé à ses idéaux de jeunesse et un père anarchiste et accumulateur compulsif.

Dans le monde d’Arthur, il y a aussi cette commune anarchiste naissante, qui a établi son siège dans une école désaffectée du quartier. Ce projet regroupe toute une faune bigarrée, incluant des idéalistes aux aspirations diverses et parfois opposées, mais aussi des exclus de la société. Arthur se liera d’ailleurs d’amitié avec l’un d’entre eux, le grand Choukri, homme mystérieux et craint, mais qui le fascine. C’est dans ce joyeux ferment que baigne ce roman de Simon Leduc, pour notre plus grande joie. J’ai particulièrement apprécié l’humour qui y est très présent, particulièrement bien incarné par les RJ, un trio de petits bums de cour d’école dont le langage coloré et frondeur, tout en exagération et en esbroufe, fait sourire.


9782351786383
Éditions Gallmeister
Dunn, Katherine

Amour monstre de Katherine Dunn

Lors de sa publication aux États-Unis en 1989, cet ouvrage de Katherine Dunn a laissé sa marque et a acquis pour plusieurs le statut de roman culte. Son sujet est si bizarre et troublant qu’on comprend bien cet intérêt pour cet ovni littéraire.

On y suit les Binewski, des forains qui parcourent les États-Unis avec leur cirque inusité. Les parents, Al et Crystal, se sont bâti une famille de freaks grâce aux expérimentations du paternel lors des grossesses de sa femme, alliant cocktails de drogues et radiations. Le clan Binewski comprend le charismatique et manipulateur Arty, doté de nageoires pour membres, les siamoises Iphy et Elly, Oly, narratrice naine bossue albinos, et finalement, le petit dernier Chick, dont la normalité apparente cache des pouvoirs de télékinésie. Il y a de l’amour dans la famille Binewski, mais aussi une sombre rivalité entre les membres de la fratrie. Cette guerre larvée prend d’ailleurs un tournant dramatique à l’adolescence, quand Arturo se constitue une secte dont les adeptes suivent la troupe à travers le pays.

L’univers déjanté de Dunn nous amène ailleurs, mais dans leur folie, ses personnages sont aussi terriblement humains. Parfois bienveillants, souvent cruels, ils sont surtout solidaires face au reste du monde des « normos », comme se plaît à les appeler Arty. Mais Amour monstre est surtout un roman unique qui nous questionne sur ce qu’est réellement la normalité et nous appelle à embrasser la différence.

Josée Laberge

Categories:

Les chroniques de Josée, Romans, Suggestions de lecture, Vos libraires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *