boite

NOUVELLE ADRESSE:La Librairie La Liberté a déménagé au 1073, route de l'Église, Québec (Québec), G1V 3W2

Nick Cutter – Troupe 52

9782896942503
Troupe 52 | Alto

Troupe 52

alto-troupe52-couv-794x1200Stephen King, Patrick Sénécal, Chrystine Brouillet, Bret Easton Ellis : tous ces auteurs de genre, et pas des moindres, n’ont tari d’éloge à propos du livre de Nick Cutter. Il n’en fallait pas plus pour susciter l’enthousiasme général. Est-ce un feu de paille? Est-ce que le jeu en vaut littéralement la chandelle? À cette dernière question, je réponds sans hésiter : oui! Troupe 52 est, à mon avis, le meilleur livre d’horreur des dernières années et est définitivement un des coups de cœur de l’année 2016 de votre serviteur. Faisons un tour d’horizon afin de comprendre ce qui se cache derrière cette bête…

Troupe 52 est une descente hallucinante dans la folie et l’horreur, le genre de roman que l’on ne peut lâcher avant d’avoir lu l’inéluctable fin, celle que l’on redoute mais qu’on a soif de connaître en même temps. Chef scout, Tim Riggs a amené sa troupe de quatre garçons, tous âgés de 14 ans, sur l’Île de Falstaff au large de l’Île-du-Prince-Édouard. Ce qui promettait d’être une simple aventure vire complètement au cauchemar lorsqu’apparaît sur l’île un fugitif visiblement pris d’une étrange maladie. Débute alors pour les adolescents une lutte pour leur survie, une lutte non seulement contre la maladie et la faim, mais aussi contre leurs propres démons.

Cutter met en scène des personnages denses, à la psychologie complexe. Cette richesse dans la caractérisation, rédigée dans un langage limpide et précis, suffit à elle seule à créer une intensité dramatique digne des plus grands romans noirs. Insérés dans le récit proprement dit, des documents d’enquêtes et articles de journaux livrent au lecteur de l’information sur ce qui se déroule vraiment. Sublime mélange entre Sa Majesté des mouches de William Golding et Les ruines de Scott Smith, le livre de Cutter nous montre le microcosme de la masculinité adolescente dans toute son incongruité. Mais à travers toute l’horreur qui se déploie sous nos yeux de lecteurs, ce que l’on finit par percevoir c’est la faillite d’un monde d’adultes qui a abdiqué par rapport à ses enfants. Horrible et terrifiant.

Categories:

Les chroniques de Jérome, Romans, Suggestions de lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *